Logo Broichessac

Question d’histoire

Quelques éléments sur ... La Terre de Brissac 1796

Ce sujet d’histoire a pour objet de présenter ce qui est appelé la Terre de Brissac à partir d’un document intitulé :

« Brissac »

dont le contenu et la date sont précisés ainsi :

« Relevé des arpens d’héritages en tous genres qui composent la terre de Brissac appartenant à M. Timoléon Cossé à l’époque du 1er vendémaire au 5 (22 septembre 1796), le détail cy-après. »

 

Il s’agit du relevé des fermages du domaine de Brissac au moment de sa restitution au citoyen (ainsi dénommé alors) Augustin-Timoléon Cossé en 1796, relevé établi selon toute vraisemblance par l’administrateur Urbain-Pierre Versillé. Ce relevé ne présente pas l’ensemble du domaine mais seulement les moulins, closeries et métairies tenues à ferme et issus d’héritages lointains, sauf la closerie de la Vallière acquise en 1786 (C. Port, tome III, p. 652). Les propriétés que le citoyen Cossé exploite en faire valoir direct, ou faisant l’objet de petites locations, ne sont pas comptabilisées ici, comme l’immense terre de l’étang sortie des eaux en 1785, l’important vignoble du Marin et celui du parc, ou encore le parc lui-même, de même que les nombreuses maisons louées à des particuliers. Les forêts n’entrent pas non plus dans le répertoire de Urbain-Pierre Versillé : elles sont l’objet de coupes décidées et gérées par le propriétaire (ce que fit Augustin de Cossé dès son arrivée à Brissac en 1796) ou vendues par adjudications, lesquelles sont variables selon les années.

 

Marcel Grandière, avec le concours de Monique Bondu et Isabelle Perdrieau

Quincé, avril 2020

Quelques éléments sur ... La Terre de Brissac 1796